Interview de Christian MOLEINS, spécialiste des PAC géothermiques dans l'Oise

Le coin des pros - Interview - Vendredi, 13 Juillet - 15:32

MCS est parti à la rencontre de Christian MOLEINS, artisan chauffagiste spécialisé dans le transfert des fluides et l’installation de pompes à chaleur géothermiques. Entre passion pour son métier et incertitudes quant à la mise en place de la RT 2012, le responsable de la société A.D.H nous fait partager sa vision d’un secteur en plein développement.

 

 

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a conduit à créer la société A.D.H ?

 

La passion, dans un premier temps. Passion pour les problématiques liées au développement durable, au transfert des fluides et plus généralement à tout ce qui  touche à la réduction des coûts énergétiques. C’est un secteur pour lequel j’ai travaillé pendant 20 ans avant de créer ADH. Durant ces années, j’ai travaillé sur un grand nombre de produits techniques, et j’ai notamment fait de la maintenance sur site pétrochimique. Puis, les vicissitudes de ma vie professionnelle m’ont conduit à assurer un poste de commercial : je jouais alors un rôle central dans la détermination du matériel adapté à chaque problématique. Puis, j’ai eu envie de me mettre à mon compte, afin d’offrir des solutions clés en main dans le domaine du transfert des fluides.

 

C’est donc en 1996 que vous avez démarré votre activité avec ADH ?

 

Effectivement, en 1996 j’ai lancé la société A.D.H grâce au concours d'un ancien client et d'un ancien employeur. Mon expérience m’a permis de démarrer sans difficultés. A l’époque où j’étais salarié, j’avais des fournisseurs qui travaillaient dans la récupération de l’énergie, qui  faisaient des échangeurs à plaques, des systèmes thermodynamiques … Le prolongement naturel de mon ancienne  activité était donc les pompes à chaleurs géothermiques et aquathermique, la part « calcul des fluides » étant relativement important dans ces deux systèmes. Et puis, il faut dire que la région picarde se prêtait bien à faire de la géothermie, le sol étant propice à cette activité.

 

Quelles sont vos spécialités, quelle est votre démarche en tant que professionnel ?

 

Vous savez, comme on dit, l’exploitant cherche à avoir un résultat « en bout du tuyau ». Ce résultat est dépendant de la pompe mais aussi d’un certain nombre d’accessoires qui interviennent entre le départ et l’arrivée. C’est pourquoi chez ADH, nous avons pour vocation d’intégrer des automatismes dans les transferts de fluide, notamment afin d'augmenter le confort, la fiabilité, mais également pour diminuer l'intervention humaine et les consommations énergétiques. Nous sommes donc susceptible d'intégrer des automates,  des écrans de dialogue programmables tactiles et des variateurs de vitesse évolués.

 

Peut-on dire que la pompe à chaleur est un produit qui a beaucoup évolué ces dernières années ?

 

Pas vraiment…  En lui-même, le produit a peu évolué. En fait, les évolutions ont surtout été liées à des incitations fiscales. Dès lors que les avantages fiscaux dans la PAC air-air ont disparu, le produit s’est mis à stagner. On s’est alors énormément rabattu sur la pompe à chaleur air-eau : les investissements se sont concentrés dans ce secteur et les progrès technologiques sont allés de pair.

 

Beaucoup considèrent la PAC air-air comme une solution moins éco-responsable que les systèmes géothermiques ou aquathermiques. Votre avis sur la question ?

 

C’est faux. Ce n’est pas le système aérothermique qui doit être remis en cause, c’est plutôt la manière dont cette technologie a été mise en œuvre au départ. Schématiquement, ce marché était détenu par les asiatiques, qui ont proposé initialement un matériel de climatisation : ce matériel n’était pas spécialement dimensionné pour faire du chauffage. Etant donné que le marché a explosé au lancement de ce produit, les fournisseurs n’ont pas eu à faire d’effort : ils se sont contentés de vendre ce qu’ils avaient : c'est-à-dire un matériel pas forcément adapté…

 

Cela dit, lorsque le matériel est adapté, la PAC air-air présente un intérêt évident. Je pense notamment au secteur tertiaire : avec moins 20 de température extérieure, on conserve des coefficient de performance à 2.70 : c’est bien ! Mais vu que l’incitation fiscale a disparu, la question de la air-air pour le chauffage a été mise de côté. 

 

On s’est rabattu sur la PAC air-eau… mais ne pensons pas que ce système est si éloigné que ça du climatiseur réversible : concrètement, la air-eau est une air-air à laquelle on ajoute un échangeur. Pour conclure, installer une PAC air-air peut être aussi rentable que de la air-eau, c’est tout à fait possible.

 

Chez ADH, quel système installez-vous majoritairement ?

 

J’installe majoritairement des systèmes eau-eau, avec un système de captage de nappes souterraines, car on est en picardie : on a beaucoup de ressources en termes de nappes phréatiques. C’est efficace en toute saison, et c’est une solution qui est bien adaptée aux maisons que l’on rencontre en Picardie : de grandes demeures, pas forcément très bien isolées… il nous faut donc de la puissance ! Et cette puissance, on l’obtient plus facilement  avec la pac eau-eau qu’avec un système aérothermique.

 

Concrètement, que peut apporter l’installation d’une PAC ?

 

Mettons nous en situation : vous êtes dans un schéma de PAC eau-eau : vous captez de l’eau de source. Avec cette eau de source, vous allez pouvoir alimenter la pompe à chaleur, mais ce n’est pas tout : on va également se servir de l’eau qui ressort de la pompe à chaleur. Cette eau va être utilisable pour la maison : pour alimenter un WC,  pour l’eau machine à laver le linge… et ce, sans utiliser de pompe supplémentaire.

 

En fait, la pompe d’alimentation permet d’assurer 3 cycles de manière automatique: l’alimentation  de la pac seule, la pompe à chaleur + l’eau de pression et enfin l’eau sous pression seule. On peut à partir d’une seule pompe assurer ces 3 cycles, grâce à la mise en place d’un variateur de fréquence : tout se fait de manière transparente.

 

Dans la seconde partie de l'interview, Christian Moleins évoquera le couplage de la pompe à chaleur avec d’autres systèmes, tels que les panneaux solaires. Il abordera également le sujet de la réglementation thermique et plus généralement les questions qui préoccupent actuellement les professionnels du bâtiment.

 

 

Les solutions de communication du mag MCS
Devenez annonceur sur le MAG MCS Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité MCS
Abonnez vous à MCS
Rejoignez MCS sur Twitter
Abonnez-vous à MCS sur Google+